Roquefort-ND-visite Roquefort les Pins , visite de la paroisse

.... retour sur les lieux en avril 2014 , restauration terminée , ...

les extérieurs de la paroisse  
Notre-Dame
Sous-Menu sur les  Alpes Maritimes
Retour au  menu principal
Certaines photos peuvent être agrandies , Cliquez dessus.



commentaires trouvés sur le net :

Notre-Dame de Canlache apparait dans les archives dès 1351 où elle n'était alors qu'une simple chapelle. Après le moyen âge, elle ne faisait toujours pas l'unanimité au sein du clergé. Les premiers évêques de Grasse qui se succédèrent lors de sa visite au cours du XVIIe siècle, n'eurent que peu d'éloges à son égard. En 1623, Mgr Barcicault, outré par l'abscence de cloche dans le clocher alla même jusqu'à réclamer réparation.

L'église actuelle fut construite vers 1690, sur les ruines de cette chapelle considérée alors comme païenne. L'histoire de Notre-Dame de Canlache est marquée par de nombreux travaux mais les plus importants intervinrent en 1862 où l'église ne fut pas seulement rénovée mais étendue. L'ampleur des travaux fut malgré tout sensiblement réduite faute de ressources dans la commune. C'est l'achèvement de ces travaux qui donnèrent à l'édifice son aspect actuel et permirent son inauguration en 1865. Sous une dédicace à Notre-Dame, l'église fut érigée en paroisse vers 1700 et le presbytère attenant fut construit en 1725.
De sobre conception générale (clocher-porche en façade avec campanile, nef en pierre apparente, fresques modernes), l'église offre une série d'oeuvres à caractère ésotérique, dues au peintre hongrois Anton Prinner et un chemin de croix conçu par le Roquefortois Emile Riolet.

Notre-Dame de Canlache occupe une place prépondérante dans l'histoire de Roquefort-Les-Pins. C'est à la fois un lieu de recueil mais aussi un lieu d'échange. Bon nombre des habitants se réunissaient déjà sur le parvis dès 1693... Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si la première mairie fut bâtie en face de l'église.

Enfin pour la petite histoire, il n'est pas anodin de mentionner que le cadastre de 1832 fait apparaître l'église sur une parcelle dont le numéro est celui du diable: 666 ! Coïncidence ou plaisanterie d'un employé communal antireligieux, nul ne sait mais aujourd'hui, suite aux différents remaniement du cadastre, la parcelle est désormais référencée 542 !


... extérieur tout blanc !!





... deux des évangélistes : Luc et Matthieu , ...



... accueil , bénitier



les fonts baptismaux



... nef unique , chevet plat aveugle , ..





... Marie , Joseph , Antoine , ...



... détails du choeur : statues de Marie et Joseph , ...





belle icone , autres statues , ..



... vitraux modernes , tribune , et une très belle toile ( XVIII° ? )



Saint-Antoine, Saint-Barthélémy, Saint-Pons et Saint-Cassien



... extraits du chemin de croix ...


TOP