Saint-Julien-Var Saint Julien le Montagnier , Var

Eglise paroissiale romane , XI ° :
nef et deux bas-côtés ,abside en cul de four encadrée de deux absidioles .  Très belle poutre de gloire

Ancien rempart du XI ° ( reste une porte ) , ruelles , demeures , ...
Sur la colline la chapelle de l'Annonciade .
Aus alentours : chapelle de la Trinité et les hameaux ( et leurs chapelles )

Chapelle de la Trinité
les hameaux :
* Saint Pierre
* L' Eclou
* Les Rouvières
* La Mourotte
dépendant de Saint Julien du Var
Sous-Menu sur le : Var

Retour au : menu principal

Certaines photos peuvent être agrandies , Cliquez dessus.
( les photos d'intérieur ont été trouvées sur le net )





" .... Cette église paroissiale, de la fin du XI °et du début du XII °, est, selon Raymond Collier, une des plus belles de Haute-Provence et exemplaire de la transition entre art roman primitif et art roman classique.
Elle est composée d’une nef centrale élevée, aux quatre travées étroites, couvertes d'un berceau soutenu par des doubleaux, est encadrée de deux bas-côtés :
* celui du nord, du xvie siècle, est voûté sous croisée d’ogives,
* celui du sud, voûté en berceau, date de la construction initiale .

Le faux transept est formé par une travée de Choeur et par deux dernières travées des bas-côtés.
Abside en cul-de-four encadrée de deux absidioles . Elle possède un maitre-autel en bois doré du XVIII ° , et une poutre de gloire, bien conservée.

Le choeur est éclairé par un rocher carré formant lanterne .... "






Photos de l'intérieur trouvées sur le net :
la nef , et la poutre de gloire .


Une poutre de gloire ou tref (du latin trabes doxalis, « poutre de gloire ») est une poutre placée transversalement entre les sommiers d'un arc triomphal (arc de maçonnerie séparant la nef et le chœur d'une église).
La poutre de gloire est ainsi désignée parce qu'elle porte toujours un crucifix, accompagné ou non de statues ou d'ornements en lien avec la Crucifixion (Marie et saint Jean, instruments de la Passion).
La poutre de gloire est à l'origine du jubé.
Quand elle était d'une assez grande longueur, à partir du XII ° , on la fit reposer sur des piliers ou des colonnes, qui en vinrent à constituer une nette séparation entre la nef réservée aux fidèles, et le chœur où officiaient les prêtres.
Après le concile de Trente, et surtout à partir du XIX ° , on a progressivement supprimé les jubés.
Les poutres de gloire n'ont donc souvent subsisté que dans des petites églises.


Pâques, fête de la vie, victoire de la vie sur la mort
(“qui mortem nostram moriendo destruxit et vitam resurgendo reparavit”…)




nef-choeur et bas-côté



le tableau du rosaire et ses mystères , buste reliquaire de Saint Julien , ...




Belle entrée au cimetière




Belle façade






Magnifiques portails







II - Belles ruelles
Vieilles demeures et reste des remparts du XI °










la porte Gourdane , chemin des moulins , et chapelle de l'Annonciade , ...






deux photos de l'intérieur , trouvées sur le net

  




TOP