La-Rochegiron-visite La Rochegiron

En juillet visite de la paroisse au Saint-Nom-de-Jésus

Page sur la  Rochegiron

Selon D.thiery :

" ... Eglise du Saint-Nom de Jésus

Cette église est située près du hameau du Jonquet et on fait remonter sa construction au XVIII°. C’est ce que fait constater R. Collier : l’église ayant pour patron saint Pancrace et pour titulaire le Saint Nom de Jésus, porte diverses dates : 1890 (porte d’entrée), 1884 (clocher-tour collé contre l’abside), 1717 (pierre d’angle à l’extérieur).

          Cette église possède une nef de deux travées à lourdes voûtes d’arêtes, et portant sur d’épais massifs formant pilastres.   Le choeur est une grande travée carrée à voûte d’arêtes et dont la partie antérieure s’incurve en abside, peut-être vestige d’une église précédente
          L’inventaire du 12 mars 1906 apporte d’autres précisions : l’église située au lieu-dit « la chapelle » provient de l’ancienne chapelle construite en 1717 qui a formé la nef. Le clocher et le choeur ont été construits par la commune et sont d’origine beaucoup plus récente .
D’après ces données, il apparaît que cette église a été construite sur une chapelle portant la date de 1717, mais R. Collier pense qu’elle peut avoir été élevée sur une autre plus ancienne. Son orientation à 45° n’incite pas à la dater de la période romane. C’est près d’elle qu’est situé le cimetière de la paroisse après l’abandon de celui de l’église de Vière ...".


Retour au : Menu Principal
Certaines photos peuvent être agrandies , cliquez dessus


... sur la route oratoire, vues du hameau, ...



... bel édifice





... belle nef



la Viege à l'enfant (bois polychrome, XVIII°) située dans une alcove latérale
Photo tirée du catalogue de l'exposition faite à Digne , été 2016


au-dessus de la porte une Vierge "immaculée"
fonts baptismaux et beau tarbernacle support de la statue exposée à Digne




... très belle toiles : "donation du rosaire avec Saint-Dominique" et "Sainte-Elisabeth"
" ... On dit qu'elle portait secrètement du pain aux pauvres d'Eisenach, à pied et seule, ce que réprouvait son mari. Un jour qu'il la rencontra sur son chemin, celui-ci, contrarié, lui demanda ce qu'elle cachait ainsi sous son manteau. Elle lui répondit d'abord que c'étaient des roses, puis, se rétractant, elle lui avoua, pour finir, que c'était du pain, et lorsque son mari lui ordonna alors d'ouvrir son manteau, il n'y trouva que des roses : c'est le miracle de sainte Élisabeth de Hongrie. On trouve un récit similaire dans la vie de la petite-nièce de la landgravine, Élisabeth de Portugal...".




... statue de Saint-Michel, buste-reliquaire de Saint-Pancrace, et statue de Marie-Reine à l'enfant





... choeur et maître-autel



statues : Sacré-Coeur de Jésus, Joseph et trois des évangélistes
( Saint-Matthieu a été dérobé )



détails du tableau du choeur "Sainte Famille et Saint-Pancrace"





... vue sur la nef, extraits du chemin de croix





TOP